Présentation



(English version below)

Agrégé de mathématiques, titulaire d'un magistère en sciences de la matière de l'École Normale Supérieure de Lyon et d'un doctorat en philosophie des sciences de l'université Paris 1, je suis depuis septembre 2015 post-doctorant à l’université de Sherbrooke au Québec (Canada).

L’ensemble de ma recherche se structure autour de deux axes : l’ontologie des sciences, et les enjeux philosophiques soulevés par la notion de décision. J’ai notamment travaillé en philosophie des probabilités, qui se situe au carrefour de ces deux domaines. Ma thèse a ainsi porté sur les probabilités dans l’interprétation d’Everett de la mécanique quantique, et j’y analyse aussi bien leur statut ontologique (caractérisent-elles des entités physiques, ou bien nos croyances ?) que la normativité des théories probabilistes de la décision dans un univers Everettien.
Concernant le premier axe, je travaille depuis 2011 en ontologie formelle, avec un intérêt particulier pour des notions transversales comme les probabilités ou la causalité, ou pour des entités apparaissant dans les sciences spéciales, telles que la maladie ou les forces newtoniennes. J'ai également collaboré avec des médecins de l’INSERM et des informaticiens de l’université d’Osaka à des travaux en ontologie appliquée, qui s'appuie sur l'ontologie formelle de manière à créer des outils informatiques permettant l’interopérabilité des données, en vue notamment de favoriser le développement de la médecine personnalisée.
Concernant le deuxième axe, j’ai mené des travaux interdisciplinaires avec des spécialistes en sciences de la décision, notamment psychologues, du Max-Planck-Institut für Bildungsforschung de Berlin. Depuis un séjour en 2012 au département de philosophie de l’université KTH de Stockholm, je m’intéresse aux problèmes éthiques soulevés par le paternalisme libertarien de Cass Sunstein et Richard Thaler, qui consiste à influencer les individus de manière à ce qu'ils prennent de meilleures décisions (selon leurs propres critères), en prenant notamment en considération leurs heuristiques de raisonnements, tout en les laissant libres de choisir autrement.

- Publications de recherche 
- Diffusion du savoir
- Contact : [prénom] [point] [nom] [at] gmail [point] com
  



English version

Holder of master-level degrees in mathematics and physics (ENS Lyon), as well as a PhD in philosophy of science (University Paris 1), I am now a post-doc at Sherbrooke University in Quebec (Canada) since september 2015.

My research has focused on two areas: 1) the ontology of sciences and 2) the philosophical questions raised by the notion of decision. I have worked in particular in philosophy of probability, which stands at the intersection between these two domains. My PhD thesis has thus dealt with probability in the Everett interpretation of quantum mechanics: I analysed their ontological status (do they characterise physical entities, or our beliefs?), as well as the normativity of probabilistic decision theory in an Everettian universe.

Concerning the first research area, I have been working since 2011 in formal ontology, with an interest for transversal notions like probability or causality, and for entities that appear in special sciences, like disease or Newtonian force. I had the opportunity to collaborate with medical doctors from INSERM (France) and computer scientists at Osaka University on applied ontologies, a tool in artificial intelligence based on formal ontology and aiming at facilitating data interoperability, one of the goals being to contribute to the development of personalized medicine.

Concerning the second research area, I have pursued interdisciplinary research works with specialists in decision sciences – in particular psychologists – at the Max Planck Institute for Human Development in Berlin. Since a research stay in 2012 at the department of philosophy of KTH University in Stockholm, I have been interested in the ethical issues raised by Sunstein & Thaler’s libertarian paternalism, which consists in influencing people in making better decisions (as judged by themselves), by taking into consideration their cognitive biases, while letting them free to chose otherwise.
- Research publications 
- Popularization
- Contact : [first name] [dot] [last name] [at] gmail [dot] com